Sinon en flamme

S’il neige à ma mort
Je voudrais que mon lit soit fait
Sous la courtepointe
Toujours déjà familière
Sol couleur de ciel
Sans autre couleur que l’épais
Chaleureux et frais
De l’enfance bercée d’hiver
Qui se joue du froid
Tout en boules de feu nourri
S’en frotte les joues
S’en larme les yeux de vitesse
Fous grisés des luges

S’il neige à ma mort
Je voudrais les yeux grands ouverts
Ne plus rien y voir
Ne plus sentir le poids de plume
De la vie de l’air
Du ciel du cosmos par-dessus
Ces grands édredons
J’en serai princesse
Au petit poids de ton sourire
Sa tête d’épingle
Seule traversera encore
Toute l’épaisseur
À sa vitesse de lumière

This entry was posted in blog and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink. Comments are closed, but you can leave a trackback: Trackback URL.