DON GIOVANNI/OPERA THEATRE DE LIMOGES/oct 08

Le Journal du Centre — Jean-François Julien

Don Giovanni, dense, drôle, dépouillé

Emmanuelle Cordoliani propose une lecture fluide et précise de cette fable, délicate, complexe et riche en symboles. Elle réalise toutefois des tableaux magnifiques.
Dès l’ouverture, elle scelle sur un drap, qui deviendra son linceul, le destin de Don Juan.
La scène du cimetière, le festin mortel, entre autres, constituent les points forts de cette production.

 

 

Cet article a été publié dans revue de presse. Bookmarker le permalien. Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez faire un trackback : URL de trackback.