Le songe de Luther

JEAN-SÉBASTIEN BACH CHRISTINE BRÜCKNER  «Au moment de se mettre au lit, Catherine Von Bora, épouse Luther peut enfin questionner son pieux mari sur sa doctrine ». Tel était le thème, samedi dernier, de cette évocation en musique conçue par Emmanuelle Cordoliani, avec la complicité de trois merveilleux interprètes, le claveciniste Raphaël Collignon, le gambiste Lucas Guimaraes Peres, et le jeune Jérôme Billy, ténor idéalque l’on souhaite retrouver en Combrailles. Jean-Sébastien Bach était un grand chrétien, luthérien fervent. Toute sa musique le dit. Sévère ? Jamais ! Car, comme Luther, homme de chair et de sang, il aimait la vie, en plein accord entre sa foi et son quotidien. Sa religion exalte le bien vivre en même temps que la méditation, la joie de tous les jours, la famille et les amis, le rire et la bonne chère : tout est bon pour louer Dieu dans tous les aspects de sa création. Emmanuelle Cordoliani le dit bien : « Pour Luther, la musique est la lumière de sa vie, elle se confond avec Dieu ». Comme pour Bach. Et dans ses questionnements, elle nous invite à faire de la théologie sans le savoir. Tout cela dans une simplicité, un naturel, une apparente naïveté et cette « sincérité joyeuse » qui ont enchanté les auditeurs, spectateurs d’une mise en espace subtile, évoquant les tableaux des maîtres anciens. En contrepoint, les extraits d’oeuvres de Bach ont participé à merveille à cette évocation tour à tour drôle, émouvante et inspirée, d’une rare qualité. Une parfaite réussite. Gilles Cantagrel La Montagne 13/08/07 CREATION DU FESTIVAL BACH EN COMBRAILLES 2007 Reprise au Festival de Théâtre Biblique de Clermont Ferrand 2009 (Durée du spectacle : 1h 20) Télécharger le dossier en .pdf

Cet article a été publié dans diffusion avec les mots-clefs : , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez faire un trackback : URL de trackback.