Hors-Sérail | Nuit tombe

Les portes de l’ascenseur s’ouvrent sur le 70ème étage. Osmin est au seuil d ‘un appartement où les meubles flottent dans le vide. Alentours, des nuages agités comme les costumes 3 pièces dans les rues de la City sont tenus à distance respectable par les murs de verre. Osmin n’ose pas entrer, mais Selim le pousse, bien qu’il ne soit pas là. Osmin est certain de tomber mais il reste au même niveau que le canapé, le lit et la table basse. Les nuages gardent leurs distances tandis qu’il s’avance timidement dans la pièce — il a ôté ses chaussures, mais quand ? —. Sous ses pieds, au loin, une immense ville minuscule, un jouet où l’on distingue le parcours des fourmis peintes. Soudain, il a la tentation de se retourner. Il voit Selim qui rit dans la cabine d’ascenseur. Le sol disparait et Osmin tombe en chute libre dans le long tube de verre. Il n’aurait pas dû écouter Sélim raconter l’autre côté de l’Océan, depuis il tombe toute les nuits.

Cet article a été publié dans blog. Bookmarker le permalien. Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez faire un trackback : URL de trackback.